Le Kazakhstan n’a pas autorisé l’entrée sur son territoire de tomates contaminées en provenance du Turkménistan

Le 4 juin 2024, on a appris que le Kazakhstan avait refusé d’accepter une cargaison de tomates en provenance du Turkménistan en raison de la découverte d’organismes nuisibles. L’Inspection d’État pour la sécurité phytosanitaire du Kazakhstan a signalé que des objets de quarantaine représentant une menace pour l’agriculture locale avaient été identifiés dans les expéditions de tomates turkmènes. Les médias turkmènes l’ont rapporté.

Les inspecteurs phytosanitaires kazakhs auraient procédé à une inspection approfondie de l’envoi de tomates à la frontière et auraient découvert la présence du thrips des petits fruits (Frankliniella occidentalis) et d’autres ravageurs. À cet égard, il a été décidé d’interdire l’importation de marchandises contaminées dans le pays. Les tomates ont été renvoyées au Turkménistan et des avis d’infraction appropriés ont été envoyés aux fournisseurs.

Les autorités du Turkménistan ont finalement réagi et exprimé leurs regrets face à l’incident, et ont également annoncé leur volonté de renforcer le contrôle de la qualité des produits exportés. Le ministère de l’Agriculture du Turkménistan a promis de mener une enquête interne et de prendre des mesures pour éviter que des cas similaires ne se reproduisent. Il est prévu que des contrôles et des normes supplémentaires soient introduits pour les exportations agricoles.

Y aura-t-il des conséquences ?

Cet incident pourrait avoir un impact sur les relations commerciales entre le Kazakhstan et le Turkménistan. Les responsables kazakhs ont souligné l’importance du respect des normes et standards phytosanitaires pour tous les produits importés. Dans le même temps, les deux parties ont exprimé leur intérêt pour la poursuite de la coopération et l’amélioration des mécanismes de contrôle de la qualité.

Nous tenons à ajouter que le cas des tomates contaminées souligne l’importance du respect des normes phytosanitaires internationales pour garantir la sécurité des produits agricoles. Le Kazakhstan, qui s’efforce de protéger ses ressources agricoles contre les ravageurs et les maladies, fait preuve d’une approche sérieuse en matière de contrôle des marchandises importées. Cet incident rappelle la nécessité de contrôles stricts et de normes de qualité élevées pour tous les acteurs du commerce agricole international.

Ainsi, le refus du Kazakhstan d’accepter des tomates contaminées en provenance du Turkménistan est devenu un signal important pour les deux pays, soulignant l’importance du respect des normes phytosanitaires et la nécessité de renforcer les mécanismes de contrôle de la qualité des produits.

Rappelons que le Turkménistan a récemment fait face à des critiques concernant la qualité des produits exportés. Un certain nombre de cas dans lesquels les pays partenaires ont refusé d’accepter des produits turkmènes en raison du non-respect des normes phytosanitaires ont attiré l’attention sur les problèmes dans ce domaine.
Par exemple, en 2022, plusieurs pays, dont la Russie et l’Iran, ont signalé avoir détecté un excès de pesticides dans les expéditions de melons turkmènes. Cela a conduit à des interdictions temporaires d’importation de ces produits et à un renforcement des contrôles aux frontières. Dans le passé, il y a eu également des cas où les produits turkmènes ne répondaient pas aux normes internationales de qualité et de sécurité. Par exemple, la Turquie a renvoyé à plusieurs reprises des expéditions de fruits et légumes en raison du non-respect des exigences phytosanitaires et de la présence de substances nocives.

Le Turkménistan est confronté à des problèmes de mauvaise qualité des produits exportés, ce qui affecte négativement sa réputation internationale et ses relations commerciales. Les autorités du pays doivent prendre des mesures urgentes pour améliorer le contrôle de qualité et assurer le respect des normes phytosanitaires internationales afin de renforcer sa position sur le marché mondial et prévenir de nouveaux incidents. Sinon, tout le monde voudra mettre fin aux relations commerciales et économiques avec ce pays.