L’Iran enregistre des candidats à l’élection présidentielle

L’enregistrement des candidats aux élections présidentielles anticipées, qui auront lieu le 28 juin 2024, a commencé en Iran. Ce processus se déroule dans un contexte d’événements politiques et de tragédies importants, ce qui ajoute encore plus de tension et d’intérêt aux prochaines élections.

La période d’inscription des candidats durera cinq jours, précise Radio Farda. L’agence de presse officielle IRNA rapporte qu’environ 25 candidats potentiels ont déjà postulé, mais tous ont été rejetés.

L’attention du public et des observateurs internationaux se concentre non seulement sur les aspects politiques, mais également sur l’incident tragique associé à l’une des figures clés de la politique iranienne. Il y a quelques semaines, un accident d’avion a tué Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire iranien et l’un des candidats potentiels à la présidence. Raïssi était connu pour sa position ferme et sa loyauté envers le guide suprême iranien Ali Khamenei. Sa mort a été un coup dur pour l’aile conservatrice de la politique iranienne, qui affectera inévitablement le cours de la campagne électorale.

En général, l’inscription des candidats, qui durera cinq jours, aura lieu au ministère iranien de l’Intérieur. Selon les règles établies, chaque candidat doit être approuvé par le Conseil des gardiens, qui vérifie le respect des exigences constitutionnelles.

Les conditions de base pour l’inscription comprennent :

• Le candidat doit être un homme.
• Le candidat doit être musulman et citoyen iranien.
• Le candidat doit avoir une expérience politique et administrative significative.
• La loyauté envers la République islamique et le Guide suprême doit être irréprochable.
• Contexte politique

Ces élections se déroulent dans un contexte de graves difficultés économiques causées par les sanctions internationales et les effets de la pandémie de COVID-19. L’inflation élevée, le chômage et l’instabilité de la monnaie nationale seront les thèmes clés de la campagne électorale.

Ajoutons que la mort d’Ebrahim Raisi a apporté des changements importants dans le paysage politique. Le camp conservateur, qui comptait sur sa candidature, se trouve dans une situation difficile, puisqu’il lui faut désormais chercher un nouveau leader capable de fédérer les partisans. À leur tour, les modérés et les réformateurs ont également intensifié leurs efforts, espérant profiter de l’occasion pour attirer davantage d’électeurs.

Les experts estiment que les prochaines élections pourraient entraîner des changements importants dans le système politique iranien. Dans un contexte de problèmes économiques et d’instabilité interne, le résultat des élections sera important non seulement pour l’Iran mais aussi pour l’ensemble de la région.

Le début de l’enregistrement des candidats à la présidentielle en Iran marquera le début d’une nouvelle étape dans la vie politique du pays. Dans un environnement national et international difficile, les élections constitueront un test important pour le système politique iranien. Compte tenu de la mort tragique de Raïssi et des exigences strictes imposées aux candidats, les prochaines élections s’annoncent tendues et imprévisibles.