Au Lebap, les citoyens bénéficiant d’un sursis sont obligés d’effectuer leur service militaire malgré

Dans la velayat de Lebap au Turkménistan, l’inquiétude éclate parmi les citoyens qui ont légalement droit à un sursis du service militaire. Les autorités locales ont informé ces citoyens qu’ils devraient encore s’enrôler dans l’armée cette année, malgré leurs droits d’ajournement antérieurs.

Le velayat de Lebap, situé à l’est du Turkménistan, a toujours été connu pour son importance stratégique pour la défense nationale. Et ces dernières années, le commandement militaire du pays a accordé une attention accrue à cette région, associée à des tensions géopolitiques accrues et à la nécessité de renforcer la sécurité nationale.

Selon la partie 2 de l’art. 19 de la loi du Turkménistan « sur le service militaire et le service militaire », un sursis à la conscription est accordé aux citoyens « qui s’occupent constamment de leur père, mère, épouse, frère ou sœur, grand-père, grand-mère, parent adoptif ou tuteur, si il n’y a aucune autre personne légalement tenue de soutenir et de prendre soin de ces citoyens. En outre, les étudiants, les travailleurs de secteurs importants de l’économie, ainsi que les personnes souffrant de problèmes de santé peuvent demander un sursis du service militaire. Mais cette année, la situation a changé. Les autorités locales ont indiqué que la nécessité de renforcer l’armée nécessite la conscription même de ceux qui avaient bénéficié d’un sursis. La décision des autorités a suscité une vague d’inquiétude parmi la population du velayat de Lebap. De nombreux citoyens qui comptaient sur un droit légal à un sursis sont désormais contraints de reconsidérer leurs projets et de se préparer au prix. Les parents et les jeunes expriment leur mécontentement et leur inquiétude face au changement de politique de conscription et ne peuvent même pas porter plainte auprès du parquet.

Les autorités locales affirment que la décision d’enrôler tous les citoyens, y compris ceux éligibles à un sursis, est motivée par la nécessité de renforcer la défense nationale. Les responsables affirment que la situation internationale actuelle exige que le pays fasse des efforts supplémentaires pour assurer la sécurité et protéger les intérêts nationaux. Et les experts estiment qu’une telle décision pourrait entraîner de graves conséquences sociales. Une augmentation du nombre de conscrits pourrait affecter l’économie de la région, car de nombreux jeunes éligibles au sursis sont employés dans des secteurs importants de l’économie. En outre, l’émergence de tensions sociales et de mécontentement au sein de la population pourrait conduire à une diminution encore plus grande de la confiance dans les autorités.

Nous aimerions ajouter que l’introduction de nouvelles règles de conscription dans l’armée dans la velayat de Lebap souligne l’importance croissante des questions de sécurité nationale pour le Turkménistan. Dans le même temps, la décision d’enrôler des citoyens éligibles à un sursis soulève de sérieuses questions sur l’équilibre entre la nécessité militaire et les obligations sociales de l’État envers ses citoyens. Dans les mois à venir, il apparaîtra clairement comment cette décision affectera la région et le pays dans son ensemble.