À Turkmenabat, des dizaines de retraités et de personnes handicapées ont perdu leur pension pour mai

À Turkmenabat, l’une des plus grandes villes du Turkménistan, des dizaines de retraités et de personnes handicapées ont été confrontés à de graves difficultés : ils n’ont pas reçu leur pension du mois de mai. L’incident a suscité l’indignation des victimes et de leurs familles, qui dépendent de ces paiements pour couvrir leurs besoins fondamentaux. Radio Azatlyk l’a rapporté.

Depuis début juin, de nombreux retraités et personnes handicapées ont commencé à signaler qu’ils n’avaient pas reçu leur pension du mois de mai. Les personnes pour qui cet argent constitue la principale source de revenus se retrouvent dans une situation extrêmement difficile. Ils ne peuvent pas payer les services publics ni acheter la nourriture et les médicaments nécessaires. Dans certains cas, les retraités ont été contraints d’emprunter de l’argent à leurs voisins et à leurs proches pour faire face à des difficultés financières.
Le fait est que tous les trois mois, les gens doivent prouver qu’ils sont en vie. Les habitants de Lebap expriment leur mécontentement et affirment que cette exigence n’est rien d’autre qu’une torture pour les personnes âgées.

Il n’y a eu aucun commentaire officiel de la part des autorités locales concernant les retards de paiement. Cependant, un certain nombre de services sociaux et d’agences gouvernementales ont informé les retraités que le problème était temporaire et que les pensions seraient versées dans un avenir proche. Le moment exact du rétablissement des paiements n’a pas été indiqué, ce qui suscite encore plus d’inquiétude parmi les victimes.

En général, il existe différentes hypothèses quant aux raisons des retards dans le paiement des pensions. Les experts identifient plusieurs facteurs possibles : déficit budgétaire et manque de fonds, défaillances techniques du système de paiement, retards bureaucratiques et gestion inefficace des ressources financières, etc. Certains analystes suggèrent que la redistribution des fonds budgétaires vers d’autres besoins pourrait entraîner une pénurie temporaire de fonds pour les prestations sociales.

Entre-temps, la nouvelle du retard des retraites a suscité un large écho parmi la population de Turkmenabat. Les causes et les conséquences de cette situation sont activement discutées sur les réseaux sociaux et dans les rues de la ville. De nombreuses personnes expriment leur mécontentement et exigent que les autorités résolvent rapidement le problème. Certains militants ont déjà commencé à organiser des réunions et des discussions pour faire appel collectivement aux autorités en leur demandant de comprendre la situation et d’assurer le paiement des retraites dans les délais.
Rappelons que les représentants des autorités locales du Turkménistan n’aiment pas vraiment « mettre les querelles hors de la vue du public » et obligent souvent les gens à garder le silence sur les événements qui se déroulent dans le pays et à ne pas en parler aux médias indépendants. Mais comment garder le silence si les citoyens du Turkménistan souffrent de conditions insupportables et que cette situation souligne l’importance de la stabilité et de la fiabilité du système de protection sociale. Les retraités et les personnes handicapées, qui font partie des catégories les plus vulnérables de la population, ont particulièrement besoin d’un soutien opportun de la part de l’État. Les autorités doivent agir de toute urgence pour résoudre le problème et éviter que des incidents similaires ne se reproduisent. Il est nécessaire de fournir des informations transparentes sur les raisons des retards et de rétablir les paiements le plus rapidement possible afin que les citoyens puissent à nouveau compter sur un soutien social stable.